( 5 décembre, 2008 )

Un Jeudi dans le Var

Un Jeudi dans le Var dans UN JEUDI A TOULON Journees_du_Patrimoine062

Ecoute et réflexion citoyenne…

Pierre Mazeaud Ancien président de la chambre constitutionnelle de France domicilié sur Paris en conférence à la faculté de Toulon.

Ecouté par une majorité d’étudiant en droit, et quelques populaires représentants dont je faisais partie.

Je suis arrivée en fin de conférence à mon grand regret, mais que l’on ne prétende pas pour autant que je sors son discours de son contexte.

Je n’ai pas tout manqué…. Un président d’assemblée plutôt atypique, un petit côté Mai soixante huitard dans ses propos qui se voulaient sans doute se fondre à la jeunesse Toulonnaise, plutôt marqué d’un franc parlé, pas déplaisant à entendre et puis après tout ça ne dénote pas avec la dialectique de notre président.

Trop tard pour savourer l’ensemble de cette rhétorique de vainqueur…mais je n’ai de toutes les façon pas grimpé longtemps avec lui…

Une étudiante lui demande s’il ne devient pas inquiétant de constater que notre président de «la République » use des traités, ne consultant de ce fait pas l’assemblée nationale…

Personnellement je me suis dit il faut déjà les trouver nos députés !!!

Entre ce vote à la proportionnelle, les grippes et dîners galants, les discutions ne reflètent guère nos propres voies…

Certes, l’absentéisme de notre assemblée reste contestable, mais… il va plus loin, et nous dit :

-  « oui c’est vrai j’en suis moi-même inquiet, toutefois il lâche gentiment, que nos députés ne sont pas en capacité de réfléchir sur l’ensemble des sujets soumis, particulièrement les sujets techniques… Ok ok ok… » qu’il est parfois nécessaire de savoir trancher…

Si je résume…

La citoyenneté est faîte de droits et de devoirs, jusque là ok, parmi nos devoirs, figurent aussi un droit, celui du vote…ainsi, Monsieur Mazeaud nous énonce dans ce dialogue, sans aucune précision c’est moi cette fois qui ajoute que nous nous devons d’aller voter pour des députés qui eux n’ont pas l’obligation ni de se présenter sur le rouges sièges… et pas davantage de s’instruire sur les sujets soumis pour la progression de notre pays ?

Moi je me dis c’est trop facile d’être député, qu’est ce qui m’empêche demain  de me présenter, si aucun travaille spécifique ne m’est nécessaire, mon BEP CAP devrait suffir avec mon culot et ma grande g…..?

Dîtes Monsieur … L’Everest est certes une belle performance… mais comme si vous le dîtes en politique on s’adapte à la langue de bois quand on constate qu’on perd puissance entre les mots et l’action… le souffle vous manque quand il s’agit de taire certaines énormités qui si elles font partis de vérités ne sont sûrement pas à encourager devant une jeunesse de futurs juristes dont peut être certains auront des envies de se poser leur royal fessiers sur les sièges d’élus.

En revanche j’aime assez ce point de vue engagé quand un autre lui demande son opinion sur un pouvoir avec  un aigle à deux têtes…

Il dit être contre car la composition du gouvernement fait que le président fort absent par ses nombreux voyages est sensé être remplacé dans ses décisions par le premier ministre, mais où est donc notre premier ministre ?

Il interpelle un peu moqueur et  taquin la timidité de notre bon François Fillon si fidèle qu’il n’ose broncher du peu de champs d’action que l’on veut bien lui laisser, mais à qui très judicieusement il conseillerai de se positionner démissionnaire pour calmer les initiatives bonapartiste de MMMMMMMMMonsieur notre Président, qui en oubli qu’il n’est pas seul, et qu’il ne doit pas agir ainsi, c’est anti-constitutionnel, d’ailleurs on site nulle part le « Gouvernement Fillon », mais bien les décisions de « Nicolas Sarkosy », il dit:

« Si le petit François avait envoyé une lettre, Monsieur Sarkosy aurait décemment pas pu l’accepter sans une révolte de l’Assemblée Nationale, un frémissement du Conseil constitutionnel, et probablement des syndicats et j’en passe.

Mais un bon point pour le boss quand même qu’il dit : quoi que l’on pense du bonhomme… faut reconnaître qu’il a de l’énergie.

Justement en parlant de duracelle… Monsieur Tapie… ben c’est pas finit, et puis il va il avoir du bouquin belle promos lol entre journalistes d’investigations et grand juriste reconnus qui n’ont pas appréciés qu’on les accuse de ce manque d’impartialité, il nous a fait une petite montée d’adré…

Pas bon pour notre champion, au fait Champion quand j’arrivais… vous parliez de…L’IVG ? et… seriez vous contre ? pas bien saisi. à revoir…

Bon faute j’étais en retard, priorité à l’emploi à dit Nicolas, je m’afairai donc dans ce sens, on fait ce que l’on peut, et même quand on se lève tôt… ce n’est pas simple.

Il semblait tenir à cœur de Monsieur Mazeaud de soulever que la tournure de l’europe l’inquiétait bien davantage  que les petites broutilles sélectionnés par et que si l’on poursuivait cette voie, nous ne serions bientôt plus des états souverains avec des identités nationales qui fait cette richesse et nos variétés…

Le terme identité nationale fait frémir, mais en attendant s’unir dans des constructions communes ne signifie pas s’oublier soi-même…

Gwemaline…

( 8 septembre, 2008 )

Le Fichier Edvige…et autres

fichieredvige.jpg 

Oui, je sais qu’en tant que blogueuse et je suis parfaitement consciente de m’exposer esprit en avant aux espions du net, par besoin boulémique d’expression et de partage.

Oui, je n’ignore pas que mon adresse IP me contraint d’être pistée et donc me classifie au travers de mes propos, si ce n’est au regard des politiciens ce sera dans le vôtre, mais je les assume parce que mes pensées restent humanistes.

Oui, je sais comme chacun , que nous sommes reconnaissables au travers tant de tâches de notre quotidien, nous avons à l’esprit que cela à aussi permis d’arrêter le pire de l’humanité si le sens transparaît encore dans leurs actes et leurs pensées obscurs.

Oui, je fais la démarche d’évoquer une portion de vie clairement ou partiellement pour des raisons personnelles.

Oui, j’ai conscience que cela m’expose psychologiquement aux quelques individus qui me connaissent, qui voudraient saisir l’opportunité d’exploiter des informations, et j’avoue que cela est déjà arrivée, et pourtant je choisis de prendre le risque à nouveau, parce que la peur n’évite aucun danger, et qu’elle ne fait pas avancer.

Oui, je fais le choix toutefois de conserver mon anonymat pour la majeure partie de mes lecteurs, par prudence pour les miens comme moi-même, anonymat subjectif comme je l’ai précédement exposé.

Oui, je choisis de m’impliquer dans la vie scolaire de mes enfants, et j’imagine par évidence que mon nom transparaîtra dans l’administratif associatif, comme je peux l’être pour la sécu, la mutuelle, la banque, mon travail, ma carte de supérette, et autre, puisque je les donne volontiers sans me poser de question.

Oui, je choisis de suivre des formations et je rempli régulièrement des formulaires qui donnent une traçabilité saisissable à tous offices mandatés, exploitables légalement pour raisons graves voir dites « d’état ».

Oui, il me parait évident qu’un jour, je m’avancerai auprès du milieu politique où je m’impliquerai et là aussi cela demandera de l’encre versée comme cela a toujours existé, avant de prétendre y adhérer mais là personne n’y trouveras à redire, et pourtant aujourd’hui je ne puis participer aux échanges au sein d’un parti, sans avoir complété mon chèque et versé ma cotisation.

Oui, je déplore que l’on fasse croire aujourd’hui aux votants qu’il s’agit de quelque chose de nouveau donc portant dorénavant atteinte à nos libertés.

Toutes associations et administrations ont toujours fonctionné sans que quiconque n’y trouve à redire.

Alors aujourd’hui, je m’interroge, de cette polémique.

Je ne suis pas en phase avec toutes les initiatives de l’état et j’en subit déjà certaines, toutefois… Oui, je m’interroge sur cette capacité qu’à notre population à contester à ce à quoi elle à toujours adhéré, avec cette particularité d’en manipuler les faits et volontés, d’inquiéter et de démoraliser une population déjà plus que désespérée, pourquoi l’assombrir encore davantage, plutôt que d’avancer ensemble et exploiter toute cette énergie dans cette volonté d’agir, pour notre remise à flot.

Devons nous tant nous opposer, plutôt que nous unir pour mieux construire, certes  de la contestation est aussi née le progrès, mais n’y a-t-il pas un juste milieu entre ferme opposition et  contemplation ?

Effectivement, le cloisonnement associatif et parfois extrémistes de certaines initiatives associatives donnent des raisons de s’inquiéter, mais  nous ne savons qu’une miette de toute ses menaces dont on nous tient à l’écart pour raison d’état, c’est bien parce trop paniqueraient « évidement », et à raison.

Comment trouver le juste milieu de faire la démarche d’aider notre pays à avancer, et celle de ne pas se faire étrangler de règles et de préjugés, je ne sais.

je ne sais quel usage ils comptent en faire ?

Je ne sais pas, mais je me souviens avoir appris que ce sont parmi les meilleurs et dits les plus investis que des listes ont  été transmises avec les noms de tous les nôtres avant d’être exécutés, par loyauté, par patriotisme, par notions républicaines, ou tout bonnement humaines, et d’autre par dénonciation pure.

Oui, j’avoue, je reste prudente quant aux intentions finales… pourquoi ne bougeons nous pas davantage nous qui nous trouvons si impliqués, mais l’art de le faire savoir reste tout aussi important ?

Doit-on craindre de nos dirigeants qu’ils aient pensé jusquà douceur mieleuse d’un prénom féminin qui suggestivement maternel, endormirai nos craintes?

Sans doute vais- je paraître trés novice à nos politiciens même ceux de quartier, j’assume je le suis effectivement je ne demande qu’à comprendre, s’ils savent me justifier leurs inquiétudes objectivement, je suis à leur écoute des uns, des autres, mais parlons nous, soyons citoyens!!!

Gwemaline…

Un des réponses du 10/09/2008 8H30

Je souris, suite à mon article, ce matin je reçois dans ma boîte mail d’une adresse inconnue à qui je ne puis répondre…

Que le fichier « Edvige » signifie  :

(Exploitation documentaire et valorisation de l’information générale)

Il  m’informe également que le gouvernement dément:

-la traçabilté et classification des états de santé des individus

 ce que je n’ai pas cité (sous réserve objective mais pas par faute de l’avoir lu ailleurs, mais largement tracé sur de nombreux supports)….

Et réfute également la mention :

- leur sexualité

Ce que je me suis gardée d’ajouter également, soit dit en passant, je ne suis pas forcément choquée que les enfants de 13 ans ayant des actifs répréhensibles soient englobés dans un fichier de police… 

Et comme un de mes lecteurs semble très attentif à mes mises à jour, j’en profite pour le remercier de son attention toute particulière et me ferait un plaisir de partager même de façon « Anonyme » avec ce correspondant asexué, après tout ce n’est pas le sujet… Il me fait parvenir ceci…   

http://blog.lefigaro.fr/threard/2008/09/les-maladresses-du-fichier-edv.html 

Un ami complète cet article par cette information:

Les différents fichiers de renseignements en FranceJUDEX (gendarmerie) – fusionné avec le STIC dans le fichier ARIANE
Système judiciaire de documentation et d’exploitation

2 073 094 fiches

·         Créé en 1986, étendu en 1993 ;

·         Il contient des données sur les personnes, recueillies dans les procédures établies par les gendarmes ;

·         En 2007, il a été consulté 12 millions de fois.

STIC (police) – fusionné avec le JUDEX dans le fichier ARIANE
Système de traitement des infractions constatées

5 000 000 de personnes

·         Créé en 2001 ;

·         Il contient des renseignements issus des procès-verbaux sur les auteurs d’infractions et leurs circonstances, les personnes mises en cause et les victimes, les objets volés ;

·         En 2007, informations sur 35 millions de procédures, 38 millions d’infractions, plus de 10 millions d’objets volés.

FNAEG (gendarmerie et police)
Fichier national automatisé des empreintes génétiques

715 000 profils

·         Créé en 1998 ;

·         Etendu à tous l! es types de délits depuis la loi du 18 mars 2003 sur la sécurité intérieure ;

·         Plus de 30 000 traces non imputées ;

·         177 000 empreintes génétiques correspondant à des personnes condamnées ;

·         420 000 pour des individus mis en cause…

FAED (gendarmerie et police)
Fichier automatisé des empreintes digitales

2 800 000 empreintes

·         Créé en 1987 ;

·         Il contient des empreintes digitales et palmaires ;

·         En 2 007, il a été consulté 21 000 fois ;

·         Le taux d’élucidation des traces était de 16 %.

DST (police) – fusionnerait avec les fiches des RG dans le fichier EDVIGE
Direction de la surveillance du territoire

·         Il contient des informations sur les personnes physiques, les entreprises, des données documentaires, et reçoit des informations classifiées des services étrangers ;

·         Protégé par le secret défense, il n’est pas soumis au même régime juridique que les autres, aucune donnée n’est communiquée.

RG (police) – fusionnerait avec les fiches de la DST dans le fichier EDVIGE
Re! nseignements généraux

2 600 000 individus

  • Un décret de 1991 autorise les RG à collecter des données nominatives (physiques, activités politiques, philosophiques, religieuses ou syndicales) si les personnes peuvent porter « atteinte à la sûreté de l’Etat ou à la sécurité publique », ou « jouent un rôle politique, économique, social ou religieux significatif » et que ces informations sont « nécessaires pour donner au gouvernement ou à ses représentants les moyens d’apprécier la situation politique, économique ou sociale et de prévoir son évolution ».

SDRF (gendarmerie)
Fichier administratif de suivi des titres de circulation délivrés aux personnes sans domicile ni résidence fixe

171 545 fiches

·         Créé en 1994, modifié en 2005

·         Les informations nominatives sur les SDF sont conservées six mois après leur sédentarisation ou jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de 80 ans

·         Le SDRF peut être consulté par la police, les services préfectoraux, le trésor et le ministère de la santé

SALVAC (gendarmerie et police)
Système d’analyse et de liens de la violence associée au crime

·         Créé en 2003 ;

·         Il vise à mettre en évidence le caractère sériel des crimes, et contient des renseignements sur des infractions graves, meurtres, assassinats, empoisonnements, acte s de torture et de barbarie, enlèvements, viols, agressions! sexuelles sur mineurs, entraînant un délit puni de plus de cinq ans d’emprisonnement.

FRP (gendarmerie et police)
Fichier des personnes recherchées

392 000 noms

·         Créé en 1996, moditié en 2005 pour permettre des connections avec le système européen Schengen (SIS) ;

·         Il contient des renseignements sur les personnes sous le coup d’un mandat d’arrêt ou de justice, en fuite, faisant l’objet de recherches de police judiciaire,ou de personnes interdites d’entrée sur le territoire ;

·         En 2007, il a été consulté 54 millions de fois par la police et les préfectures.


Je t’en remercie

( 9 avril, 2008 )

Modalités et perspectives de l’immigration

L’immigration ne peut s’accentuer sans aucune structure, dans le sens où bien des éléments nous montre chaque jour, que des abus ont lieu, d’un point de vue strictement humanitaire, nous ne pouvons rester muet devant l’exploitation de la misère, les immeubles remplis, d’enfants, d’hommes et de femmes désorientés, déstructurés, humiliés, bafoués.

Accepter sans aucunes règles que ce commerce se poursuive et s’accentue, serait-ce rendre complice, d’une déshumanisation.

 Lui permettre de s’amplifier avant d’organiser l’accueil serait libéraliser l’esclavage, les logements insalubres, car nombres de ces familles ne comprennent pas toujours qu’ils peuvent accéder à autre chose que cette misère là. 

Ne pas faire de la France une terre promise, qui serait cible de réseaux déjà fort bien habitué à appâter des familles qui de par la misère qui règne sur leur terre natale, sont demandeur de ce bonheur, comme nous le sommes tous, mais sans jamais en ce qui nous concerne avoir touché, à la noirceur, dont nous n’imaginons même pas la pénombre. 

D’un point de vue social, peut on concevoir l’adaptation d’un immigré sans un minimum de désir d’adaptation, au travers d’une culture sans en oublier la sienne, et la compréhension de la langue, de son pays d’accueil, qui doit garder à l’esprit la difficulté d’apprentissage, chacun doit participer à cette adaptation, un sourire et de toute les culture et engage au partage. 

Comment gérer le coût de cette adaptation sachant déjà la précarité de cette population déplacée dans l’urgence, mais donner pour donner est-ce intégrer, responsabiliser? 

La meilleur des transmissions, nous vient souvent de là où se sent compris, soit de femme à femme, et d’homme à homme mais encore bien davantage de culture à culture. 

Dans celle de la communication comme celle de la transmission des savoirs manuels. 

Un engagement républicain de ses immigrés pourrait être pris, envers eux même et ceux qui les suivent, un engagement républicain, de respect et de rigueur. 

Mettre en avant un élan de solidarité, qui allège la part d’engagement économique de citoyens déjà très sollicités, et redonner à nos nouveaux compagnons le sentiment réel, d’une implication efficace au cœur de leur pays d’accueil qui devient de ce fait le leur. 

En ce qui concerne les logements, il faut savoir que certains font le choix de rester transparents, une famille isolée sans chef de famille sera secourue prioritairement…, police, réglementation, sont inefficaces face à l’ampleur de cette précarité, en incomber la responsabilité à des services dont on réduit les effectifs ne me semble pas juste.

Le principe de versement par virement a désempli les bureaux administratifs, écarter de nombreuses réclamations à l’échelle humaine, augmenté certains abus, mais rien enlevé à la misère, et encore moins la résoudre. 

Verser des aides aux logements, qualifiés d’insalubres, ne  semble pas justifié, pourtant combien de propriétaires concernés et déshumanisés aident les locataires à en bénéficier, de façon à s’enrichir sur l’urgence et la nécessité de logements.  Se cacher la réalité pour ne pas se culpabiliser, ouvrir les vannes, sans en comprendre les besoins semble intolérable, et pourtant courant. 

Les subventions de l’état s’ouvre t’elle par unique but de se déculpabiliser, la vérité est elle si pénible à entendre? 

L’information des pays demandeurs de cet asile doit être faite sur la réalité des dérives existantes, l’information n’est certes pas une image glorieuse de la France mais reconnaître ses faiblesses n’est ce pas déjà vouloir et accepter de travailler à l’amélioration, notre pays n’a pas la capacité actuel de recevoir sans réfléchir et sans condition, toutes personnes en difficulté le laissé croire est monstrueux et irresponsable ? 

Que chacun ayant le souhait de résider en France soit prêt à affronter et contrer l’exploitation abusive de ce marché parallèle.

Récement je me suis accrochée avec une amie, qui dans sa démarche humaniste, m’affirmait que l’on se devait en France de recevoir tout demandeur, dans mon élan je lui ai exposé un fait parlant, je lui ai dit ceci:

« d’accord, demain nous accueillons tout demandeurs, n’ayant pas la capacité de les loger actuellement et ayant déjà un grande précarité parmi nos logements sociaux, aujourd’hui nous avons beaucoup de chance, nous savons que tu est propriétaire d’un T3, et que tu as la générosité d’ouvrir tes murs, à une vingtaine de personnes, il sera demandé bientôt dans une démarche d’une telle générosité de faire de même dans tous foyers,car le mouvements des populations en raison entre autre du changement climatique ne cessera encore et encore de s’accentuer, aujourd’hui es tu prètes à ouvrir ta porte et ton coeur  ouvert de façon inconditionne, là des individus que tu ne connais pas de toutes origines sont t’ils toujours les bienvenus comme tu as l’utopie de le prétendre?

Gwemaline… 

( 26 septembre, 2007 )

Le droit et devoir du citoyen ?

300pxdeclarationofhumanrights.jpg

L’origine du terme citoyen:

Pour se prétendre, comme tel l’on devait y inclure énormément d’implication en bien des lieux, rôles et responsabilités.

Aujourd’hui, le citoyen, a sa carte électorale, et fera le choix d’une pensée, d’une inertie ou d’une profonde implication, au sein d’un parti qui se rapprochera au plus prés de ses convictions,… je dis bien au plus prés parce que je ne pourrai autrement comprendre les échos égotistes que je peux lire ou entendre de toute part.

Toutefois, que représente pour Moi citoyenne, mes devoirs, et mes droits de citoyenne ?

Ma première évidence revient à l’éducation de mes enfants, en les instruisant  sur les règles à respecter, en leur donnant l’exemple, oh biensûr pas l’exemple utopique d’une perfection, mais celle cherchant à s’en rapprocher pour le respect de tous et surtout de soit-même, ce qui m’amène à leur apprendre que nos différences ne nous donne pas le droit de nous mépriser que l’un ne surplombe pas l’autre, et que la seule élévation se trouve dans le respect de nos valeurs, et  particulièrement celle de la tolérance.

Mais en toute instruction, se trouve l’évidence d’une expérience, le vécu des  vérités auquel je me dois de les préparer.

Entre autre, que les ethnies ont un énorme problème de dialogue dû à leur différence de culture et qu’ils ne cherchent pas toujours des solutions pour les résoudre, en cela la prudence est essentiel dans la leçon.

La bienséance, toutefois est de ne pas exprimer tout haut ce que l’on pense tout bas de façon impulsive et animé par des passions cultuelles et culturelles.

L’une des  possibilités est de provoquer de façon souple le dialogue tout en sachant que les mots ne serons pas compris tels qu’ils sont donnés.

Je me doute bien, que chacun d’entre nous, ne peut se permettre d’y réfléchir en toute quiétude, de part les difficultés du quotidien, pourtant quelle perte de temps de ne pas consacrer du temps à nos progénitures qui sont l’avenir, notre avenir et le leur.

Si le citoyen a un devoir d’assistance envers son prochain, le premier accompagnement et selon moi celui-ci.

Si chaque famille, déjà veillait au comportement et même avant à la préparation de ses comportements, bien des évènements quelque soient les milieux n’atteindrai pas leur but…

Les intrusions et influences extérieurs ne percerai pas le mur de leurs valeurs.

Alors nul besoin du BAC ce que je n’ai pas, pour avancer vers cette démarche.

En cette transmission j’y inclus le respect des règles et de la structure qui les entoure, je ne conçois pas le type de language entre parent et enfant ou de l’enfant aux parents que je croise parfois, même mes enfants en sont choqués et relèvent d’eux même le problème d’éducation, qu’ils peuvent observer alors quelques soit le milieu social rien ne devrait déroger à cette règle là…

Ce n’est qu’une once de ce que je pourrai développer sur le chemin à parcourir selon mon intuition d’humaniste… 

Gwemaline.. 

( 16 avril, 2007 )

« Mariane, mais qui es tu donc…? »

imgmus30.jpg         marseillaise1.jpg

Symbole de Mariane… mais qui es-tu donc Mariane… ?Permets moi de te tutoyer dans cet hommage patriotique.

Toi le culte de la combattante, depuis la révolution française.

Toi cette libertine au sein dénudée, tu arbores le bonnet phrygien des sans culottes qui est à l’origine la coiffe portée par les esclaves affranchis.

Tu bouscules, tu intrigues, entre beauté parfaite, et irréelle.

Tu avances contre toutes idées reçus, mère de l’humanité tu luttes contre les injustices.

Tu te veux l’exemple des pensées tourmentées, tu redonnes foi en  l’existence d’un combat, celui de la juste valeur….

Mariane, elle apparaît dans une commune  en 1870, symbole de la république, de patriotisme immortel.

Cette mère patrie fougueuse,à la fois guerrière, pacifiste, nourricière et protectrice, symbole de notre acclamation nationale.

 « liberté, égalité, fraternité »

Au sein nu, ni nue, ni dévêtue, brandissant le drapeau Tricolore:

Bleu( l’eau sans qui la vie ne peu, le ciel symbole d’infini, est la vie, la création).

Blanc (symbole de pureté, unification, vertu, la neutralité, l’ouest).

Rouge (symbole de l’énergie, du feu, de la passion,  du sang, l’harmonie, l’expansion, le sud).

Portant la baïonnette de la main gauche, l’arme qu point mais ce sont ses convictions qu’elle brandit plus que son arme, ses valeurs, elle est le rattachement permanent des valeurs qui fondent l’attachement des citoyens à la République:

« liberté, Egalité, Fraternité »

J’ai dit…

Gwemaline

( 17 mars, 2007 )

« La journée de la femme !!! »

blogueusecitoyennewebs3001.gif

Je ne suis pas féministe mais toutefois une femme féminine qui respecte tout ce pourquoi mes mères ce sont battues pour qu’aujourd’hui je sois une femme accomplie, libre de penser, d’évoluer, de travailler, de l’instant de faire des enfants, de me séparer de mon conjoint si j’en ressents le besoin, libre en mon esprit, l’authonomie, un tout qui comme toute progression a ses revers, je me sens en phase avec ses femmes même si je ne suis pas active en rayonnement local, nationnal, ou mondial, j’oeuvre en mon niveau pour que ne regresse pas chacune de ses avancées ne serait ce l’éducation de mes enfants, à moi de leur transmettre, et de leur expliquer, ainsi je met en liens l’origine de la création de cette journée…

http://www.journee-de-la-femme.com/historiqueJF.htm 

Les femmes les plus connues qui ont passé et non sans mal tous ces évènement, je dis connues car je trouve injuste de ne pas penser à toutes celles qui ont oeurvré dans l’ombre…

http://www.journee-de-la-femme.com/histoire-acces-pouvoir-politique-des-femmes-1.htm

Je pense à Simone Veil vous pensez grand classique et pourtant j’ai le désir de reprendre un biographie de cette femme

Déportée à l’âge de 17 ans à Auschwitz, Simone Veil épouse en 1946 Antoine Veil, futur collaborateur de Michel Debré et membre fondateur du Centre démocrate. Après des études de droit et de sciences politiques à l’IEP de Paris, Simone Veil devient magistrate. En 1969, elle entre en politique en rejoignant le cabinet de René Pleven, Garde des Sceaux. Mais sa véritable carrière politique démarre au début du septennat de Valéry Giscard d’Estaing ; ayant décidé de féminiser son gouvernement, il l’appelle au ministère de la Santé. Elle libéralise l’accès à la contraception et s’illustre faisant voter en 1975, la loi portant son nom sur l’interruption volontaire de grossesse. Ardente militante européenne, elle conduit la liste UDF aux premières élections européennes de 1979. Elue député, elle devient la première femme présidente du Parlement européen (1979-1982). En 1993, elle quitte ses mandats européens et rejoint le gouvernement Balladur pour s’occuper des Affaires sociales, de la Santé et de la ville, et devient la première femme ministre d’Etat. Depuis 1998, elle est membre du Conseil constitutionnel. Parallèlement, Simone Veil soutient de nombreuses associations à vocation européenne, telle que le Fonds européen pour la liberté d’expression, ou encore la Fondation de l’Europe des sciences et de la culture, dont elle est présidente d’honneur.

Le planing familiale reçois chaque jour des femmes,  en questionnement, apeurées, en souffrance, désoeuvrées, j’avais seize ans je me souviens de ce moment où j’ai poussé leur portes, si les larmes ne faisaient pas partie de mon éducation et que la gravité des faits étaient à mesurer le pas n’était facile, j’ai trouvé là des femmes et des hommes pour m’entourer que e n’ai plus jamais revu, mais que l’adolescente remercie encore, et que la femme reste reconnaissante, toute l’écoute dont j’avais alors besoin m’a été apporté…

Si je n’oublie pas toutes ses femmes qui se battent pour chacune d’entre nous, je n’oublie pas non plus les femmes dans l’ombre celles qui si elles ne sont pas dans les rues, sont là au côté de nos enfants et de leur enfants, ces madones du maternages, je pense aujourd’hui à ma grand mère paternelle qui partait alors que le jour n’était pas levé au lavoir si les bavardages atténuait la pénibilité de la tâche, elle n’en restait pas moins difficile, elle partait durant les horaires d’école tailler les vignes et faire le ménage de quelque aristocrates, elle a donné le jour à cinq enfant, elle était issu de l’ADASS elle s’était donné le but d’acceuillir des enfants, de donner le sein à des enfants même issus d’autre ventre, plus Mère je n’ai pas connu, trés tard elle a élévé un enfant qui est resté jusqu’à ses trente deux ans dans sa maison chez lui comme personne ne remettait en question sa présence, sous l’aile de cette femme, alors à Toi Madeleine dite « Madelon » je rends Hommage la gorge serée j’entends ton rire aux éclats si bonne vivante ils résonnent et me font encore aujourd’hui sourire quand tu partais dans tes délirs, je pense à tes formes généreuses qui m’enveloppaient parfois presque brusquement et pourtant tant d’amour, merci de tout ce que tu as fait pour ta famille et tous ces enfants qui sont passésen ton sein, làbas là bas dans ce profond morvan qui t’a adopté et que tu ne voulais plus quitter… mais où tu nous a salué mais chaque jour tu m’accompagne de cette vigueur qui te caractérisait…

Gwemaline

|