( 2 décembre, 2008 )

Désir de progression http://stores.lulu.com/Gwemaline

Peut être vous êtes vous retrouvez ? Reconnu quelqu’un de proche ? 

Compris une réaction ? Pour ma part, aujourd’hui mes voyages se font par l’esprit en mes écrits sont transcris. 

Comme ce voyageur je pu parfois aspirer à un renouveau, qui ressemble à une progression. Non pas que j’ai pu cesser de chercher cette progression du bonheur, mais que j’en ai posé certaine exigence. 

La fusion des êtres peut en arriver parfois à des extrêmes qui font qu’ils en oublient leur individualité. L’équilibre sur ce fil de semi liberté est si mince, comment ajuster le poids et mesure de ses actes et pensées pour progresser de l’avant sans craindre de chuter entrainant dans le gouffre aimés et aimants. 

Les décisions en nos vies nous paraissent parfois déchirantes, au bord du sacrifice. Relativiser la gravité des situations ne nous allège pas toujours le poids car ce qui ressemble à des regrets peut venir appesantir à nouveau cette charge dans nos décisions. 

Un jour un ami me disait : -         Voir large c’est bien, mais attention quand la dispersion ne te mène pas à la perte de son être. 

Attention dans cette course à la progression de ne pas multiplier les problèmes. Sage ami… 

J’ai aussi compris que cette quête relevait aussi des sentiments, quand on affectionne, on apprécie, on adore, on aime profondément… Voir loin dans la réalisation de ce soit que l’on cherche encore et toujours… 

La soif d’entreprise est un de ses éléments de challenge permanents de ce qui devient facile, ou plus simple… 

La mutation des êtres se fait parfois dans ces voyages au travers des territoires, la puissance de la démarche quoique initiatique reste une évidente remise en question entre ce que l’on est et ce que l’on souhaite devenir. Quel but en nos esprits hormis la perception positive dans le regard des autres, bien avant soit. 

Je me suis demandée comment tous les autres individus qui semblent en phase avec leur vie, parvenait à cette paix, et comment ils avaient atteint cette ataraxie du bonheur. Où s’arrête la quête, ou commence la jouissance parfaite ? 

Comment savourer la vie sans contrepartie avec le sens de nos valeurs ? L’épanouissement des êtres et des situations se doit-il de toujours être remis en question ? 

L’ambition est un des éléments clés révolutionnaire de la stabilité car engager le hasard des situations et y mêler les êtres qui nous entourent est déjà un exercice compliqué. On peut se demander si nous ne cherchons nous pas trop loin ce bonheur déjà aux creux de nos mains? Moi qui cherche là en mon esprit sans cesse les réponses à chacun de mes questionnements, qui déterre des évidences en moi aussi de mes doutes au fil du temps. 

Bien sûr que je suis reste consciente des dangers auxquels je m’expose, et qu’ils restent des éléments existentiels de mon fonctionnement. Le rejet de ce qui pourrait être simple par passion de créer, d’apprendre encore davantage, connaître d’autre univers, explorer d’autre voies. 

La progression intellectuelle cherchée au travers de différentes recherches qui dans ce qui reste ma compréhension va me pousser à écrire sur de nouveau sujet. Si l’on associe le désire à la passion, les philosophes nous diraient que la passion nuit à la vertu et que de cette conclusion en devient un vice à combattre. 

Ils pensaient qu’un individu animé par ses désirs et sa passion était un être condamné. Ses deux  notions de nos jours furent non pas détournées mais relativisés car appliquer l’abstinence de désir comme celle de la passion anéantissait l’ambition, et la société s’en trouvait de ce fait aliéné de toute progression, toutefois, de l’ambition incontrôlée à l’ambition mesurée prenant en compte l’ensemble d’une humanité devient un rayonnement de tous ses raisonnements intellectuels, permettre à nos idéaux de prendre vie en nos action. 

Contribuer à la continuité de la construction est pour Moi un but, je ne sais si ce désir de progression me permettra de parvenir à l’accomplissement de mes vœux les plus encrés, mais je vais travailler sans relâche dans cette direction. Comme quoi le désir hormis le vice qu’il semblait représenter aux yeux de nos pères, peut être une source de motivations, il est l’élan de poursuivre de la pensée à l’action. 

Ce désir de progression même parmi nos erreurs et je serais tentée d’écrire surtout parmi nos erreurs deviennent source de leçon de nos vies. La perception de ce désir de progression est souvent mal perçu parce que la première notion d’ambition est déjà transgressé au profit de l’arrivisme… ce besoin de juger l’autre de façon permanente pourri notre société. 

Ambition, progression, arrivisme… Emotion, volonté, digression… 

Justesse des mots des actions, mesure des regards objections des préjugés plus ou moins justifiés, ainsi j’en arrive à traiter les préjugés et  la jalousie… 

Gwemaline…

( 2 décembre, 2008 )

Protégé : Les préjugés http://stores.lulu.com/Gwemaline

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans LA CHERCHANTE,LES PREJUGES,Non classé,REFLEXIONS PERSO par
Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.
( 2 décembre, 2008 )

Protégé : La culpabilité voir http://stores.lulu.com/gwemaline

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans 2ème,DROITS et DEVOIRS DE L'HOMME,LA CULPABILITE par
Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.
( 28 novembre, 2008 )

Mon blog a dit!!!

Mon blog a dit!!! dans LA CHERCHANTE merci-firefox-3

Après à peine deux années d’existence, de rigueur, d’insistance, et de fidélité j’ai souhaité vous conter cette belle aventure que j’ai eu en devenant une blogueuse parmi tant dans cette sphère d’inconnus à la soif de partage. 

 Un soir de Février alors que ma journée de travail s’achevait je flottais d’un site à l’autre sans vraiment m’y attarder. 

Au bout de quelques minutes j’arrive sur un blog particulièrement chargée d’illustration, dont une qui attire mon regard en particulier. 

S’était la représentation d’une femme tout de blanc vêtue, ailée elle ressemblait à une fée mais humanisée. 

J’ai tout simplement eu le désir de commenter cette image… ce fut mon premier texte spontané. 

Je ne connaissais pas le principe de cet univers mais le simple fait de publier un billet sur le support fait apparaître un mouvement qui permet aux autres enfin pour tous ceux qui le souhaitent de commenter. 

J’ai eu mon premier commentaire, puis le second, j’ai répondu à chacun par une voie privée pour remercier chacun d’entre vous. 

Aujourd’hui j’ai plus de 137 000 visiteurs du monde entier, mais à mon grand regret les commentaires sont devenus pour la plupart davantage des demandes de « mot de passe » qui ne s’attardent pas si je ne souhaite pas ouvrir mes textes pour la simple raison de ne plus les disperser à des demandeurs qui ne  prennent pas la peine de se présenter, et tant d’autres raisons. 

Hormis ces désavantages j’avoue avoir pris énormément de plaisir à écrire et lire les commentaires de ceux qui sont devenus mes complices mais j’ai chaque fois répondu par voie privé. 

Ce tout m’a porté à écrire, chercher l’image qui reflétait ma pensée avec le plus de justesse possible, ce fut riche sur tant de plans.

Aux seuls à qui je n’ai pas répondu sont sans doute surpris par certains de mes silences… celà devenait nécessaire. 

Mon esprit devenait si productif que je ne trouvais plus la paix en moi, plus de repos jamais, je pensais, écrivais, pensais, écrivais, repensais, et le sommeil m’échappait, le souffle me quittait peu à peu discrètement et pourtant, je mettais créé un besoin limite obsessionnel, je vous rassure je ne suis pas folle… 

Je reviendrai ressourcée, je vais œuvrer et me concentrer sur les ouvrages publiés que je souhaite encore arranger, c’est un pari que je veux achever avec rigueur. 

Je reviendrai écrire là, parce qu’ici est aussi une fibre mystérieuse que j’aime et que je veux conserver.   

Plus de 137 000 visiteurs et curieusement le nombre ne m’impressionné plus que cela, comme si cela ne devait pas être dû qu’à un intérêt pour mes tracés mais un ensemble de critères favorables disposition, et abondance de sujet et d’images.

En revanche quand je lisais plus de 140 000 pages imprimées là j’ai ouvert de grandes billes, cette envolée insolente fut décisive pour lancer mes publications… 

Je me suis parfois demandée…

- Mais que peuvent-ils puiser dans ces textes qui me paraissent à moi si incomplets ? si imparfait aux fautes contestées même si c’est une minorité me le signale, celle qui m’a si facilement blessé d’ailleurs… 

J’aime écrire au delà de l’envie de me sentir lu. 

J’aime sentir le mouvement de mes doigts flotter avec le stylo ou même mes empreintes à peine effleurer les touches de mon clavier au même rythme effréné que celle de ces pensées successives…gourmandes, passionnées, divisées… 

Je vais même vous faire cette étrange confidence, il m’est arrivé à la fin d’un texte, d’avoir le sentiment d’avoir été guidé, alors oui biensûr fatalement par mon esprit, enfin un clavier magique? muse discrète? esprit passant? mémoire outre d’âme?enfin laissons cela de côté.

J’aime tant chaques instants vécus ici et avec vous pour la passion qu’ils m’ont donné de les laisser couler sur le papier. 

Vous m’avez souvent laissé des commentaires impressionnés par les volumes de ces billets, de ses pensées, alors je vous l’affirme bien haut la pensée est là… en chacun de nous, plus ou moins cachée, parfois pudique d’autrefois moins, mais elle est là, d’ailleurs Toi mon Chris mon complice des mots, tu as vite compris le sens en te lançant à ton tour sur cette trame particulière… tu te laisses porter, parfois tu râles patientant de ce déclic suivant… mais j’aime cette façon que tu développes tant de Toi qui vibre, j’adore, ne t’arrête pas mon Chris, je te lis même si tu n’en ai pas toujours certain.

 Et oui, le blog c’est aussi cela, des centaines de contacts, 510 commentaires plus ou moins brefs, moins 4 réponses affiché mais je vous réponds à chacun, mais ce sont des naissances, de partages, de découvertes d’autres blogs, d’autre talent et de personnalités.

Quel bonheur ressenti de ce partage plus sein que l’on ne veut bien le dépeindre, c’est doux, c’est brut, sincère, et parfois même intéressé mais ce n’est pas très grave. 

Enfin voilà, je suis une bavarde vous l’aviez compris, en pensée, en mot, en sentiment, je les croque avec passion, devrai-je déposer celles-ci dans mon tombeau d’Egypte… ? 

Aucune trace de fierté, juste le plaisir, de vivre un immense bonheur. 

J’aurai pu juste vous dire merci, mais vous méritiez tellement davantage…

Gwemaline…

( 24 novembre, 2008 )

Protégé : La conscience http://stores.lulu.com/Gwemaline

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans LA CHERCHANTE,LA CONSCIENCE,REFLEXIONS PERSO par
Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.
( 14 novembre, 2008 )

Protégé : Le bonheur http://stores.lulu.com/Gwemaline

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans LA CHERCHANTE,LE BONHEUR,REFLEXIONS PERSO par
Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.
( 28 octobre, 2008 )

Protégé : Le libre arbitre voir site http://stores.lulu.com/gwemaline

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans LA CHERCHANTE,LE LIBRE ARBITRE,REFLEXIONS PERSO par
Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.
( 24 octobre, 2008 )

Protégé : Du sourire… au rire voir site http://stores.lulu.com/gwemaline

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans DU SOURIRE...AU RIRE. par
Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.
( 23 octobre, 2008 )

Protégé : Le pardon voir site http://stores.lulu.com/gwemaline

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans LA PARDON par
Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.
( 21 octobre, 2008 )

Protégé : La rancœurvoir site http://stores.lulu.com/gwemaline

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans LA RANCOEUR,Les chansons que j'aime...,REFLEXIONS PERSO par
Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.
12345...9
« Page Précédente  Page Suivante »
|