( 27 décembre, 2009 )

Protégé : L’entre deux…

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans EN VOS DEVISES ET VOLONTES,Espoir,L ENTRE DEUX,L'EPOUSE,LA CHERCHANTE,REFLEXIONS PERSO par
Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.
( 16 avril, 2009 )

Toi et Moi

Toi et Moi dans Espoir 2tgcs374

 

Toi et Moi 

Toi, plus moi, plus eux, plus tous ceux qui le veulent,
Plus lui, plus elle, et tous ceux qui sont seuls,
Allez venez et entrez dans la danse,
Allez venez, laissez faire l’insouciance.

A deux à mille, je sais qu’on est capable,
Tout est possible, tout est réalisable,
On peut s’enfuir bien plus haut que nos rêves,
On peut partir bien plus loin que la grève.

Oh toi, plus moi, plus tous ceux qui le veulent,
Plus lui, plus elle, plus tous ceux qui sont seuls,
Allez venez et entrez dans la danse,
Allez venez c’est notre jour de chance.

Avec l’envie, la force et le courage,
Le froid, la peur ne sont que des mirages,
Laissez tomber les malheurs pour une fois,
Allez venez, reprenez avec moi.

Oh, toi, plus moi, plus tous ceux qui le veulent,
Plus lui, plus elle, et tous ceux qui sont seuls,
Allez venez et entrez dans la danse,
Allez venez, laissez faire l’insouciance.

Je sais, c’est vrai, ma chanson est naïve,
Même un peu bête, mais bien inoffensive,
Et même, si elle ne change pas le monde,
Elle vous invite à entrer dans la ronde.

Oh toi, plus moi, plus tous ceux qui le veulent,
Plus lui, plus elle, et tous ceux qui sont seuls,
Allez venez et entrez dans la danse,
Allez venez c’est notre jour de chance.
L’espoir, l’ardeur, prend tout ce qu’il te faut,
Mes bras, mon cœur, mes épaules et mon dos,
Je veux te voir des étoiles dans les yeux,
Je veux nous voir insoumis et heureux.
Oh, toi, plus moi, plus tous ceux qui le veulent,
Plus lui, plus elle, et tous ceux qui sont seuls,
Allez venez et entrez dans la danse,
Allez venez, laissez faire l’insouciance.
Oh toi, plus moi, plus tous ceux qui le veulent,
Plus lui, plus elle et tous ceux qui sont seuls,
Allez venez et entrez dans la danse,
Allez venez c’est notre jour de chance.
Oh toi, plus moi, plus tous ceux qui le veulent,
Plus lui, plus elle, et tous ceux qui sont seuls,
Allez venez et entrez dans la danse,
Allez venez et entrez dans la danse.

Grégoire

( 3 janvier, 2009 )

Le sais-tu vraiment?

Le sais-tu vraiment? dans 2ème onde-20eau-1340769694

Sais-tu bien qui tu es ?

Sais-tu vraiment ce que tu produis ?

Sais-tu toujours ce que tu fais ?

Réalises-tu les vides que tu crées ?

Envisages-tu l’excès des émotions ?

T’es tu soucié de tout ceci ?

Si tu l’as fait t’es tu soucié des cicatrices que tu laissais?

Aucune situation n’est semblable et pourtant tant se ressemblent, c’est l’histoire de l’inégalité des perceptions.

Chacun attend le miroir de ses intensités pour mieux se convaincre de ne pas s’être trompé, sur l’autre, sur soi, sur ses choix.

Quoi que l’on fasse, quoi que l’on veuille, quoi que l’on rejette, c’est là et bien là autour de nous, face à nous ou pire en nous, nous emprisonnant comme une griffe sévère

Certains vont jusqu’à provoquer leur mort pensant sortir de la griffe sans comprendre que fuir ne résout rien.

D’autres craignent ce passage pensant le fuir en l’occultant, au lieu de l’inclure à un chemin, par crainte d’un inconnu, mais connaissent-ils davantage leur avenir ? Et paraît-il moins effrayant ?

D’autres ont choisi de s’associer par-dessus tout à ce qu’ils considèrent comme un axe, le travail, la famille, l’argent, l’amour, chacun trouve son caillou précieux gravite autour et danse avec cette lumière qui les rend forts en eux.

Mais Toi sais-tu ce que tu cherches ?

A force chercher sais-tu ce que tu attends ?

A force d’explorer aperçois-tu le fil de ton chemin ?

A force de lire, d’entendre et écouter, entends tu en toi la voix de qui te caractérise ?

Tant de gens te décrivent…

Tant pensent te saisir, sans même avoir ouvert le livre.

Tant t’aperçoivent un si bref instant.

As-tu vraiment envie d’être dévoilé au cœur de ce que tu es ?

As-tu vraiment le désir d’être fragil là aussi nu des tes pensées les plus cachées ?

Es-tu si certain de ne pas être l’ange manipulateur de tout ce qui t’arrive ?

Es-tu certain de ne pas être le premier instrument de la complexité de ton esprit ?

Ta vie n’est-elle pas que le siphon de l’écume de l’immense bouillon en ton être ?

Observe ton regard au point d’y saisir toutes les lueurs de vérité.

Toi, d’apparence si accessible, enfant sauvage des îles du mystère, tu sembles te cacher derrière les roseaux flexibles de la vérité, de celle qui préserve pour protéger.

Sais-tu qui est devenu cet être qui a marché dans le temps sous l’intempérie de la vie ?

N’es-tu pas le premier bourreau de tes souffrances ?

N’es tu pas le seul gardien de ton temple ?

Bien au-delà des rancœurs et des colères…

Toi la fleure du mal, au visage parfois pâle, qui sinon Toi empêche ton sang de venir rosir tes joues ?

Le passé… est le fruit de la richesse de tes pensées que tu ne peux redessiner, choisiras-tu d’être le Maître de ton avenir ?

Toi l’ »Homme » du tout à chacun, le sais-tu vraiment?

 

Gwemaline…

 

 

 

( 21 octobre, 2008 )

Protégé : La rancœurvoir site http://stores.lulu.com/gwemaline

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans LA RANCOEUR,Les chansons que j'aime...,REFLEXIONS PERSO par
Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.
( 26 septembre, 2008 )

Les Frères existent encore!!!!!!!!

Les Frères existent encore!!!!!!!! dans LA FEMME pt7927 

Une texte fort une musique moderne mais le fond reste important

Vous voulez l’écouter mais le fond du site est toujours actif, cliquez sur le titre de l’article et ensuite la bare du lecteur de musique, je vous souhaite une bonne écoute, puis si ce texte entre en vous comme un rappel évident, quelque soit votre appartenance, votre foi, votre carte politique, votre compte en banque… copiez ce texte où je vous l’envoi mais levez vous, unissez vous, soutenez vous, souvenez vous…


On parle de frère, on parle de sang, on parle de respect
On parle de ceux qui ne sont jamais partis, ceux qui sont restés
Malgré les coups et les colères, malgré les claques et les galères
Ceux qui se rappèleront toujours du mot amitié
Ceux qui te parlent et que leur regard est sincère
Ceux qui te prennent sur leur dos pour sauter une barrière
Ceux qui ne connaissent pas la peur quand on marche ensemble
Ceux qui on le même cri la même foi même quand le coeur tremble
Mais ce monde a perdu tous sens d’unité,
Tout sens d’humilité, le bon sens c’est arrêté,
Les soldats tombent la trahison en bouche
Mort de regret, et le soleil se couche
Sur la nuit de ceux qui avaient leur noms gravés dans leur prières
Qui aurait pu dire aujourd’hui qu’ils ont pavé leur vie d’hier ?
C’est pour ça que j’en ait fait mon combat
Et je vais gardé les miens aussi longtemps que mon coeur tiendra

The sun don’t shine forever
Faut qu’on se lève, faut qu’on se bouge,
Faut qu’on se parle et faut qu’on se batte together
Autour de nous il y a trop de gens qui perdent le nord
Il faut qu’on reste fort et qu’on y croit encore
The sun don’t shine forever
Faut qu’on se lève, faut qu’on se bouge,
Faut qu’on se parle et faut qu’on se batte togehter
Autour de nous il y a trop de gens qui perdent le nord,
Il faut qu’on reste fort, Les frères existent encore

S’il fallait qu’un jour ce monde soit plus fort que moi
Et qu’il m’enlève tous les miens tout autour de moi,
Ce sera the perfect time to say goodbye
Je partirais le coeur fier with a tear in my eye
Alors on s’attache et on lâche pas
On a un code d’honneur sur un frère, on crache pas
Les mots, on les mâches pas, les promesses, on les casses pas
Si y en a un de nous qui reste, on reste tous et on passe pas
On sait ce qui nous unis, on sait ce qui nous détruit
On sait que trop donner, peut nous revenir en mépris
On sait que tout ce qui monte redescend
Alors on ne prends rien pour acquis et on avance a pas prudent
Dans les hauts, dans les bas, faut rester entier
S’il y a des vents qui soufflent, frère, faut rester ancré
C’est pour ça que j’en n’ai fait mon combat,
Et je vais garder les miens aussi longtemps que mon coeur tiendra

The sun don’t shine forever
Faut qu’on se lève, faut qu’on se bouge,
Faut qu’on se parle et faut qu’on se batte together
Autour de nous il y a trop de gens qui perdent le nord
Il faut qu’on reste fort et qu’on y croit encore
The sun don’t shine forever
Faut qu’on se lève, faut qu’on se bouge,
Faut qu’on se parle et faut qu’on se batte togehter
Autour de nous il y a trop de gens qui perdent le nord,
Il faut qu’on reste fort, Les frères existent encore {x2}

fraternit dans Les chansons que j'aime...

( 1 juillet, 2008 )

A entendre, je vous recommande avec écouteurs.

Une belle est grande artiste Carla Bruni, je n’évoque pas la femme publique mais bien l’artiste.

A entendre, je vous recommande avec écouteurs. dans LA FEMME wma 09piste9.wma 
wma dans Les chansons que j'aime... 08piste8.wma


wma 07piste7.wma

Ecoutez jusqu’au bout toujours avec écouteurs.wma 01piste1.wma

 

Tempo enivrant

 

Touche plus méditérannéenne

Une autre que j’apprécie 

 

et…

 

Souvenirs d’ados, j’avais trouvé ce truc dans un bac dont personne ne voulait

souvenirs ados

( 1 juillet, 2008 )

Je me souviens

Je me souviens dans Les chansons que j'aime... wma 11jemesouviens.wma   de Lara Fabian

Des fleurs de lys blanches sous un ciel bleu de cristal
Des balades sous une neige en forme d’étoiles
Des érables aux couleurs d’une passion fatales
Je n’oublie rien de rien je me souviens

Les odeurs d’une forêt qu’un beau lac dévoile
Les reflets d’un grand feu sur nos visages pâles
Une lumière intense par des nuits boréales
Je n’oublie rien de rien je me souviens

J’aime tes poèmes, ton cœur, ta liberté
Tu es la seule terre où mon âme s’est posée

Un accent dont personne ne connaît les secrets
Un français qui s’élance dans des mots oubliés
Une manière inimitable de chanter
Je n’oublie rien de rien je me souviens

J’aime tes blasphèmes, ta voix, ta dignité
Tu es comme une île que l’on n’peut pas quitter

J’aime tes poèmes ton cœur ta liberté
Tu es comme île que l’on n’veut pas quitter

Des paysages qui mélange au plus que parfait
Des dessins que la nature ne refait jamais
L’impression d’être rentré au jardin de la paix
Je n’oublie rien de rien et je reviens

( 1 juillet, 2008 )

Chère amie

La voix suave de Marc Lavoine

Chère amie dans Les chansons que j'aime... wma 06chreamietoutesmesexcuses.wma cliquez…
Je pense à vous souvent
Je continue quand même
D’aimer les bateaux blancs
Que le désir entraîne
Je manque de vous souvent
Mais je m’en vais quand même
Laisser voler le vent
Qui souffle sur la peine
{Refrain:}
Chère amie, je vous envoie ces quelques mots
Pour vous dire qu’il ne fait pas beau
Et que j’ai mal, seul, depuis que je vous ai perdue
Je vous écris ces quelques fleurs
Avec mon cœur à l’intérieur
Je vous fais toutes mes excuses

Je rêve à vous souvent
Je me souviens de tout
Je me réveille à temps
Mais je vous vois partout
Je vous attends souvent
J’invente un rendez-vous
Vous n’avez plus le temps
Plus une minute à vous

{au Refrain}

( 26 septembre, 2007 )

Jane Mason « Encore »

Jane Mason 07leslarmesauxyeux.wma

neisha.jpg

Cd: Salut
Jm: Tu vas bien ?
Cd: Ca va… et toi ?
Jm: Moi ? … ça va !

Tu as les larmes aux yeux
Et j’ai les larmes aux yeux
J’ai mal de te revoir
De te voir malheureux

Cd: Ca fait longtemps !
Jm: T’as pas changé
Cd: Oui ? … Tu es heureuse?
Jm: Je vis …

..Ma solitude
Et d’amour en amour
Je te cherche toujours
Et je me brise en peu le coeur

Toi … dis un mot, fait un geste
Et moi je te suivrai ma vie entière
Nos yeux, disent tout le reste
Tout ce que nos coeurs essaient de taire

On s’est trompe d’histoire
On s’est connu trop tard
Mon tendre et impossible amour

Jm: Ne me parle pas d’elle
Cd: D’elle? Oui mais toi… ne me parle pas de lui

Ne me regarde pas comme ca
Ou je me jette dans tes bras
C’est dur de faire semblant d’aimer

On a les larmes aux yeux
En est très malheureux
Ca fait trop mal de dire adieu

Laisse-moi partir
Laisse-moi t’oublier
Laisse-moi, laisse-moi m’enfuir
Laisse-moi, laisse-moi pleurer

( 24 août, 2007 )

Merci Antoine

|