( 25 janvier, 2009 )

Dix ans déjà!!!

Dix ans déjà!!! dans DIX ANS DEJA!!! 098_petite-fee

Il y a dix ans, une petite fée aux cheveux bruns presque noirs se débattait dans mon ventre n’en trouvant pas la sortie, elle perdait souffle et en fut extraite dans l’urgence, je me suis déjà demandé si cette situation difficile n’avait pas été causé par ma frustration de savoir que ce serait mon dernier bébé porté, j’avoue que l’idée m’était difficile à admettre.

Curieusement cette petite chose faite de buste, bras et jambes, semblait déjà voir ce qui l’entourait comme sereine du lieu où elle atterrissait, ah ou j’ai oublié la tête et quelle tête, un regard et un sourire à craquer.

Etrange petite fille au regard rieur les yeux en amande et aux gestes doux qui se lovait sans cesse contre mon sein, plus insatiable de la chaleur de mon corps qu’impatiente d’en prendre un nectar nourrissant.

Un petit chat lové tout contre moi, tout contre nous et qui n’oublie toujours pas ce contact au plus prêt.

Lien de maman, lien de mère nourricière, lien de confidente, souvenir de caresse tout en douceur, lien muet qui s’étend au-delà du temps.

Mon Bébé d’hier à aujourd’hui Dix ans, ça parait tant et j’ai à la fois encore tant envie de la serrer contre moi, d’ailleurs elle ne s’en prive pas mon petit scratch de toutes heures.

Elle va et vient vers un peu maman « Mamouna », un peu « Ma sœur » comme elle appelle son aînée qu’elle taquine sans répits, et beaucoup son  « Papounet » dans lequel elle se fondrait volontiers pour ne jamais avoir à le quitter, quoique la demoiselle commence à s’envoler et lui reste entre la bouffée d’air et cette petite chose qu’il cherche… rigolo à observer ce lien père fille que j’ai tant apprécier avec mon propre père et que je suis si bien placé à comprendre, j’ai aussi mieux compris ma mère parfois qui rageai de ne plus trouver un moment avec son compagnon.

Ah oui, j’oubliais ce fil qu’elle avait tendu comme une grande vers sa grand-mère maternelle, surprenant pour moi qui ne connaitra jamais cela ainsi.

10-ans dans DIX ANS DEJA!!!

Boulimique de vie, d’activité, et besoin d’amour sans jamais reprendre son souffle, donner comme prendre d’ailleurs, une petite boule d’amour, mon bébé comme je l’appelle est tout sauf à Moi et j’en suis consciente, elle sait que je lui laisse la liberté d’aimer qui elle souhaite, et que je suis là pour veiller avec son papa à chacun de ses pas, chaque fois qu’elle souhaitera et chaque fois que nous jugerons nécessaire d’intervenir pour sa construction, sans jamais prétendre ne jamais faire d’erreur, mais elle a son cadre et en reste consciente.

19 mois plus tôt avant, elle surgissait une tête blonde, fragile mais combative, qui ne comprenait pas ce qu’elle faisait là toute seule dans cette famille, quand elle eu l’âge nous lui avons annoncé qu’un bébé grandissait dans le ventre de maman, alors la magie de la nouvelle a dessiné un ravissant sourire et marqué ses joues et son regard s’est mit à pétiller de joie.

Qu’elle l’a attendu ce petit bout qu’elle appelait « mon bébé » et qu’elle appelle aujourd’hui tantôt « Ma sœur » tantôt « Ma puce » n’autorisant pas les termes réducteurs dans le foyer elle tait les je suppose « la pénible » « la tchache », ah oui j’oubliais « la p’tiote ».

La complicité entre ses deux êtres venus du même ventre, même gènes, deux tempéraments si différents et si complémentaires l’un de l’autre.

La petite semble très dominante et pourtant la grande mène la danse d’un presque silencieux language, subtile intelligence voire parfois manipulatrice, elle valse avec sa sœur la happe de toute son exigence demandant priorité sur tout ceux qui pourraient la vouloir, un lien familial, que nous avons désiré si fort qu’il l’emporte dans des réactions excessives, difficile de doser ce que nous leur donnons et mesurer ce qu’ils vont finalement en faire.

Elle se place en guide tout de suite après « Les parents » dit-elle depuis peu entendons nous, les parents ? C’est nous… individus entre extras terrestres qui ne comprennent pas tout d’un univers, et derniers recours des situations insurmontables des préados en cours d’envol.

Ces enfants sont les notres et déjà plus tout à fait des enfants, elles m’hallucinent de leur maturité, elles m’émerveillent de leurs réflexions qui ont muri, entre nous, elles, autres, choses, et vie, un monde évolué et parfois crispant, auquel ont veut les préparer sans l’être nous même n’ayant jamais connu ce temps, ce progrés que nous n’avons jamais encore abordé.

Belle journée que celui de ton anniversaire ma Petit minette, amuses-Toi avec tes petits camarades.

Maman…

|