( 6 novembre, 2008 )

Gwemaline…par Rollb!!!

gwemalineparrollb.jpg

http://rollb.unblog.fr/

Il y a quelques jours, j’ai échangé par téléphone avec un artiste.

 

 

Des chemins communs nous ont rapproché.

Nos parts créatives se sont rejointes, au travers de nos supports réciproques.

Presque intimidé, difficile à décrire, je l’ai senti timide, craintif de la perception que je pourrais recevoir de son approche.

Dans une première phrase hésitante il m’exprime un désir de dessiner suite à la lecture de mes écrits, je l’ai écouté, juste me disant que c’était bien, que cela puisse lui apporter une inspiration supplémentaire.

Puis plus j’écoutais le choix de ses mots puis j’entendais, sa demande muette:

« Comment prendrai tu le fais que je m’appuis sur tes écrits? »

Et là j’ai mieux cerné cette personnalité.

Roll b est une personne que je perçois d’une source inépuisable parce qu’en capacité à saisir les ressentis d’un écrit au plus profond.

Il finit par m’avouer qu’en fait il s’est saisi de sa liberté d’artiste et d’individu, pour mettre en oeuvre, il définit son initiative de « défaut de tout imager », permets moi de reformuler cette démarche, « ta soif d’imager les émotions »… soit je suis plus atteinte que Toi, soit tu n’as pas croisé encore ceux qui pouvais te rassurer sur la légitimité de ton travail.

Alors, à Toi Mon trés cher Bruno qui a ce « si talentueux » coup de crayon, certains amis ont tenté de me décrire par les mots et ce fut déjà trés fort, parce que devenir une émotion quelqu’elle soit reste un instant extraordinaire, mais jamais quiquonque ne s’y ai risqué en image, même si souvent certains m’avouent avoir ressenti le besoin d’ajouter un visage ou un regard à mes écrit, probablement un saine curiosité.

Je n’aime pas être dans la lumière mais en revanche dérire profondément que l’on porte et soutienne mes volontés de quète du bonheur, sans besoin d’une dédicace gravée, car le résultat serais déjà la plus belle des signatures qui se joindrai sans orgueil à toutes les jumelles volontés.

Ce matin, tu me fais pervenir ce très bel hommage, ce dessin là au dessus , qui me dessine…

Wahou, quel moment tu viens de m’offrir…

Comment pourrais-je jamais te remercier de cet instant d’intense bonheur, ou tremblements d’émotion et intimidation me firent fléchir.

Je t’offre mes larmes de joie… quelles deviennent le fleuve de ton inspiration, que les battements de coeur que tu viens de raviver soient le rythme percutant de ton travail…que la diversité de mes recherches donnent flots inépuisables, et enrichissent tes rélexions autant que tu m’as donné à rélféchir.

Ne t’arrête jamais…

Gwemaline…

|