( 15 février, 2007 )

« Environnement, Richesse, Pauvreté ! »

30668251.jpg

Si l’environnement parfois cloisonne les populations, il ne faut parfois que les esprits pour les en séparer.

Bien évidement qu’un cadre champêtre, vache et oisillons, donneront à un être vivant quelqu’ il soit plus d’apaisement, que bien des bâtiments ou de luxueux centre ville si raffinés soient-ils. 

Agrément et réverbères ne donneront pas de lumière à la tristesse, la solitude, ne restituera pas le manque, quelqu’il soit… 

Toutefois pour l’avoir vécu l’apaisement sait, lui aussi devenir isolement et bien des âmes esseulées aimeraient se rapprocher de ces bruyantes bousculades, et sortir de l’ombre, même si, parfois, tout entouré,  nous arrivons à nous isoler. 

Encore récemment nous apprenions qu’une femme était découverte sans vie chez elle, parti seule, les voisins ont alertés car importunés par l’odeur de putréfaction que son corps en décomposition leur imposait, où est donc cette belle humanité que nous arborons face à l’animal… 

Maintenant, l’environnement ne se défini pas juste en un lieu, mais aussi de part un entourage, il est si simple d’attribuer une situation, à un environnement, j’ai connu bien des familles modestes, élever parfaitement leur enfants et les guider dans le respect avec des moyens si dérisoires, pourtant là ,les valeurs simples étaient inculqués, le respect de la famille, le travail tôt certes, mais chacun se devait de participer. 

Qu’apprenons nous à nos enfants, que dans une famille pauvre les enfants ont parfois du mal à grandir, parce que les parents sont en grande difficulté, mais ces même enfants arrivent à l’école avec le dernier jeux à la mode, nos enfants s’interrogent, dans leurs yeux, je lis …….

« expliquez nous !!!»  

 De l’autre côté des enfants issus, de milieux aisés sont malheureux, parce que seuls, il grandissent dans la richesse mais l’isolement total, …. Je lis encore dans les yeux de nos enfants……

« expliquez nous !!!» 

Que dire à nos enfants…. Sinon leur dire que tout travail mérite salaire et que toutefois le travail n’est pas toujours à la portée de tous, ni même récompensé de chacun de ces efforts. 

Mais que volonté permanente sera nécessaire. 

N’enviez quiconque, seule le fruit de votre travail, sera votre récompense. 

Comment leur donner la notion de bien, de mal, comment leur apprendre , la notion de respect, face à quoi, face à qui, au nom de quoi, si ce n’est dans un premier temps de la famille, des adultes, et d’eux même.

 L’indulgence, et quel en est le but, si le trop social tue, n’y a-t-il pas là parfois ce  don d’inertie, des gens assistés à outrance, où ils oublient, qu’ils ont un rôle à jouer dans la société qui n’est pas de l’ordre des « cosettes » ou « Rémi, sans famille », mais qu’ils reprennent volonté et bâton en main, avance sur ce chemin de vie, qui ne se veut simple pour quiconque.  

« Gwemaline… » 

|