• Accueil
  • > Archives pour novembre 2008
( 28 novembre, 2008 )

Mon blog a dit!!!

Mon blog a dit!!! dans LA CHERCHANTE merci-firefox-3

Après à peine deux années d’existence, de rigueur, d’insistance, et de fidélité j’ai souhaité vous conter cette belle aventure que j’ai eu en devenant une blogueuse parmi tant dans cette sphère d’inconnus à la soif de partage. 

 Un soir de Février alors que ma journée de travail s’achevait je flottais d’un site à l’autre sans vraiment m’y attarder. 

Au bout de quelques minutes j’arrive sur un blog particulièrement chargée d’illustration, dont une qui attire mon regard en particulier. 

S’était la représentation d’une femme tout de blanc vêtue, ailée elle ressemblait à une fée mais humanisée. 

J’ai tout simplement eu le désir de commenter cette image… ce fut mon premier texte spontané. 

Je ne connaissais pas le principe de cet univers mais le simple fait de publier un billet sur le support fait apparaître un mouvement qui permet aux autres enfin pour tous ceux qui le souhaitent de commenter. 

J’ai eu mon premier commentaire, puis le second, j’ai répondu à chacun par une voie privée pour remercier chacun d’entre vous. 

Aujourd’hui j’ai plus de 137 000 visiteurs du monde entier, mais à mon grand regret les commentaires sont devenus pour la plupart davantage des demandes de « mot de passe » qui ne s’attardent pas si je ne souhaite pas ouvrir mes textes pour la simple raison de ne plus les disperser à des demandeurs qui ne  prennent pas la peine de se présenter, et tant d’autres raisons. 

Hormis ces désavantages j’avoue avoir pris énormément de plaisir à écrire et lire les commentaires de ceux qui sont devenus mes complices mais j’ai chaque fois répondu par voie privé. 

Ce tout m’a porté à écrire, chercher l’image qui reflétait ma pensée avec le plus de justesse possible, ce fut riche sur tant de plans.

Aux seuls à qui je n’ai pas répondu sont sans doute surpris par certains de mes silences… celà devenait nécessaire. 

Mon esprit devenait si productif que je ne trouvais plus la paix en moi, plus de repos jamais, je pensais, écrivais, pensais, écrivais, repensais, et le sommeil m’échappait, le souffle me quittait peu à peu discrètement et pourtant, je mettais créé un besoin limite obsessionnel, je vous rassure je ne suis pas folle… 

Je reviendrai ressourcée, je vais œuvrer et me concentrer sur les ouvrages publiés que je souhaite encore arranger, c’est un pari que je veux achever avec rigueur. 

Je reviendrai écrire là, parce qu’ici est aussi une fibre mystérieuse que j’aime et que je veux conserver.   

Plus de 137 000 visiteurs et curieusement le nombre ne m’impressionné plus que cela, comme si cela ne devait pas être dû qu’à un intérêt pour mes tracés mais un ensemble de critères favorables disposition, et abondance de sujet et d’images.

En revanche quand je lisais plus de 140 000 pages imprimées là j’ai ouvert de grandes billes, cette envolée insolente fut décisive pour lancer mes publications… 

Je me suis parfois demandée…

- Mais que peuvent-ils puiser dans ces textes qui me paraissent à moi si incomplets ? si imparfait aux fautes contestées même si c’est une minorité me le signale, celle qui m’a si facilement blessé d’ailleurs… 

J’aime écrire au delà de l’envie de me sentir lu. 

J’aime sentir le mouvement de mes doigts flotter avec le stylo ou même mes empreintes à peine effleurer les touches de mon clavier au même rythme effréné que celle de ces pensées successives…gourmandes, passionnées, divisées… 

Je vais même vous faire cette étrange confidence, il m’est arrivé à la fin d’un texte, d’avoir le sentiment d’avoir été guidé, alors oui biensûr fatalement par mon esprit, enfin un clavier magique? muse discrète? esprit passant? mémoire outre d’âme?enfin laissons cela de côté.

J’aime tant chaques instants vécus ici et avec vous pour la passion qu’ils m’ont donné de les laisser couler sur le papier. 

Vous m’avez souvent laissé des commentaires impressionnés par les volumes de ces billets, de ses pensées, alors je vous l’affirme bien haut la pensée est là… en chacun de nous, plus ou moins cachée, parfois pudique d’autrefois moins, mais elle est là, d’ailleurs Toi mon Chris mon complice des mots, tu as vite compris le sens en te lançant à ton tour sur cette trame particulière… tu te laisses porter, parfois tu râles patientant de ce déclic suivant… mais j’aime cette façon que tu développes tant de Toi qui vibre, j’adore, ne t’arrête pas mon Chris, je te lis même si tu n’en ai pas toujours certain.

 Et oui, le blog c’est aussi cela, des centaines de contacts, 510 commentaires plus ou moins brefs, moins 4 réponses affiché mais je vous réponds à chacun, mais ce sont des naissances, de partages, de découvertes d’autres blogs, d’autre talent et de personnalités.

Quel bonheur ressenti de ce partage plus sein que l’on ne veut bien le dépeindre, c’est doux, c’est brut, sincère, et parfois même intéressé mais ce n’est pas très grave. 

Enfin voilà, je suis une bavarde vous l’aviez compris, en pensée, en mot, en sentiment, je les croque avec passion, devrai-je déposer celles-ci dans mon tombeau d’Egypte… ? 

Aucune trace de fierté, juste le plaisir, de vivre un immense bonheur. 

J’aurai pu juste vous dire merci, mais vous méritiez tellement davantage…

Gwemaline…

( 24 novembre, 2008 )

Protégé : La conscience http://stores.lulu.com/Gwemaline

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans LA CHERCHANTE,LA CONSCIENCE,REFLEXIONS PERSO par
Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.
( 14 novembre, 2008 )

Protégé : Le bonheur http://stores.lulu.com/Gwemaline

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans LA CHERCHANTE,LE BONHEUR,REFLEXIONS PERSO par
Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.
( 6 novembre, 2008 )

Gwemaline…par Rollb!!!

gwemalineparrollb.jpg

http://rollb.unblog.fr/

Il y a quelques jours, j’ai échangé par téléphone avec un artiste.

 

 

Des chemins communs nous ont rapproché.

Nos parts créatives se sont rejointes, au travers de nos supports réciproques.

Presque intimidé, difficile à décrire, je l’ai senti timide, craintif de la perception que je pourrais recevoir de son approche.

Dans une première phrase hésitante il m’exprime un désir de dessiner suite à la lecture de mes écrits, je l’ai écouté, juste me disant que c’était bien, que cela puisse lui apporter une inspiration supplémentaire.

Puis plus j’écoutais le choix de ses mots puis j’entendais, sa demande muette:

« Comment prendrai tu le fais que je m’appuis sur tes écrits? »

Et là j’ai mieux cerné cette personnalité.

Roll b est une personne que je perçois d’une source inépuisable parce qu’en capacité à saisir les ressentis d’un écrit au plus profond.

Il finit par m’avouer qu’en fait il s’est saisi de sa liberté d’artiste et d’individu, pour mettre en oeuvre, il définit son initiative de « défaut de tout imager », permets moi de reformuler cette démarche, « ta soif d’imager les émotions »… soit je suis plus atteinte que Toi, soit tu n’as pas croisé encore ceux qui pouvais te rassurer sur la légitimité de ton travail.

Alors, à Toi Mon trés cher Bruno qui a ce « si talentueux » coup de crayon, certains amis ont tenté de me décrire par les mots et ce fut déjà trés fort, parce que devenir une émotion quelqu’elle soit reste un instant extraordinaire, mais jamais quiquonque ne s’y ai risqué en image, même si souvent certains m’avouent avoir ressenti le besoin d’ajouter un visage ou un regard à mes écrit, probablement un saine curiosité.

Je n’aime pas être dans la lumière mais en revanche dérire profondément que l’on porte et soutienne mes volontés de quète du bonheur, sans besoin d’une dédicace gravée, car le résultat serais déjà la plus belle des signatures qui se joindrai sans orgueil à toutes les jumelles volontés.

Ce matin, tu me fais pervenir ce très bel hommage, ce dessin là au dessus , qui me dessine…

Wahou, quel moment tu viens de m’offrir…

Comment pourrais-je jamais te remercier de cet instant d’intense bonheur, ou tremblements d’émotion et intimidation me firent fléchir.

Je t’offre mes larmes de joie… quelles deviennent le fleuve de ton inspiration, que les battements de coeur que tu viens de raviver soient le rythme percutant de ton travail…que la diversité de mes recherches donnent flots inépuisables, et enrichissent tes rélexions autant que tu m’as donné à rélféchir.

Ne t’arrête jamais…

Gwemaline…

|