( 2 août, 2008 )

Zone franche à Toulon

projet.jpg

Je viens de me positionner pour prétendre à l’un de ces locaux je suis surprise de voir que je bénéfiecierai pas d’exonération en lien avec cette zone si je n’ai pas la capacité financière de prendre un salarié dés le lancement de mon activité…

Lors de mon rendez vous préalable cette information ne m’a pas été fourni en réponses à mes multiples questions, j’imagine que j’ai dû trop en poser ou pas assez concises…

Je ne suis de toute les façons guère optimiste sur l’attribution car beaucoup de candidats, des couts élevés par des exigences presques logiques, une ville en reconstruction en laquelle les banquiers et ses habitants ne croivent pas eux même. 

Aujourd’hui, les banques ne suivent plus sur des financements totaux et bien loin de là les sommes demandées car elles sont exorbitantes.

Fort heureusement que certains peuvent encore le faire car je ne pense pas que cela arrangerai l’économie, locale puisque c’est celle qui nous intéresse, ici présent. 

Pour ma part, mon projet est aujourd’hui refusé, au niveau des banques pour des raisons disent t’ils de catastrophe économique en ce qui concerne les restaurants toulonnais en particulier, et il ne serait de toutes les façon pas ressorti vainqueur de la pioche mairie. 

Mon énergie, ma passion, ma motivation, et mon apport n’auront pas suffit à les convaincre, mais je n’ai pas d’amertume au point de me dire que d’autre ne doivent pas y parvenir, je le souhaite, pour Toulon, pour nous tous, et pour Moi aussi car je me repositionnerai encore une fois et persisterai dans ce projet en lequel je crois profondément.

Quelque part je pense que ça me donne encore plus, le désir de créer quelque chose qui developpe des possibilités encore plus importante pour créer des emplois, une viabilité durable, me former encore plus en avant dans la gestion de cette aventure économique, pour en assurer son équilibre. 

Aujourd’hui créer est une bataille, rester en place un combat de tous les instants.

Soyons humains, même si certains gagnent davantage, je ne pense pas qu’aujourd’hui il ne s’agissent que de privillèges, et encore moins qu’ils se gavent. 

Je soutiens les initiatives et les encourage, mais il est évident qu’elles ne sont pas toutes viables.

Le quoi faire, défaire et refaire je n’en aipas la recette, étant dans le fond d’un gouffre économique, je ne vois que du mieux à tous en ce battant, mais sûrement pas l’un contre les autres mais bien plutôt l’un avec l’autre. 

J’ai le sentiment, de précher mais en fait je garde seulement la motivation plus que jamais l’espoir de réveiller cette humanité en sommeil donc ouvrons les yeux, remontons nos manches, évacuons nos colères, nos rancunes et nos préjugés, svp, biensûr que c’est culotté, maus quoi de meilleur que les challenge pour sercréter le plaisir de réussir, degrandir et construire? 

Cessons de gémir… cessons de jalouser…cessons de diflamer…encourageons…pour eux …pour nous…pour tous.

Unissons nos énergies pour reconstruire cette ruine qui nous mine, serrons nous les coudes…

Gwemaline… 

Pas de commentaires à “ Zone franche à Toulon ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|